Environnement électromagnétiques et la santé Alexandre Rusanov, Pascale Miniou

Par Alexandre Rusanov   Ingénieur-géologue, diplômé de l’Université de Moscou, Master en informatique industrielle, diplômé de l’Ecole Nationale d’Ingénieur de Brest Directeur de SARL TELLUS. Etude de l’impact de l’environnement électromagnétique naturel et artificiel sur les êtres vivants. Développement  des protections contre les nuisances électromagnétiques. Et Pascale Miniou Docteur en médecine, diplômée de la Faculté de Médecine de Brest. Médecine générale à orientation Naturothérapie & Médecine Environnementale (HyperSensibilité aux Champs ElectroMagnétiques, Sensibilité Chimique Multiple)

Sans ondes électomagnétiques, la vie sur la terre est impossible. Sont-elles bonnes pour la santé des êtres vivants ? Les discussions et les combats dans la presse, à la télévision et dans les tribunaux sont permanentes. Pourquoi ? Tout dépend de la position que l’on adopte, de la manière dont on considère les ondes électromagnétiques et dont on  se représente l'être humain.

Nous allons essayer de comprendre ces différentes approches. Chacun peut choisir sa position mais doit pour cela être bien informé.

Les ondes électromagnétiques ont des effets thermiques et des effets athermiques (non thermiques) sur les êtres vivants. Les effets thermiques provoquent un réchauffement des tissus. Les effets athermiques sont attribués à des réactions physiologiques induites par de « faibles » rayonnements lors d’expositions chroniques. Les dommages provoqués  affectent le système nerveux (asthénie, troubles du sommeil, céphalées, perte de mémoire…), le système endocrinien (dysfonctionnements gonadique, surrénalien et thyroïdien) et le système immunitaire (modifications lymphocytaire, macrophagique et hématopoïétique).

Valeurs limites d’exposition

Pour protéger la population, des valeurs limites d’exposition (ondes-info.ineris.fr) ont été définies en France par le décret N° 2002-775 du 3 mai 2002. Ces valeurs limites sont fondées sur les travaux de l’ICNIRP, la Commission Internationale de Protection contre les Rayonnements Non Ionisants (c’est à dire non radioactifs). Ces valeurs dépendent de la fréquence ou de la longueur d’onde. Par exemple pour la téléphonie mobile 2G , la valeur maximum est 41 V/m, pour 900MHz de 58 V/m, pour 1800 MHz , 3G  de 61 V/m, pour la WiFi et les fours à micro ondes  de 61 V/m.

Mais il y a des exceptions. Ainsi, la charte signée entre la Ville de Paris et les opérateurs de téléphonie mobile, établit des valeurs limites de champ de 2V/m d’exposition du public dans les lieux de vie,  en complément des valeurs réglementaires françaises. Cela semble étrange que pour toute la population française, les valeurs soient de 41 à 61 V/m et pour les parisiens de seulement 2 V/m.

De même, il existe d’autres normes pour protéger les systèmes électroniques. Ce sont des  normes de compatibilité électromagnétique incluant les notions de système «coupable »,  de système « victime » et d’immunité électromagnétique. Une immunité insuffisante face à une source de perturbation conduit à un dysfonctionnement du système électronique. Les normes fixent à 3 V/m, le niveau de champ électromagnétique que doivent pouvoir supporter ces appareils sans que leur fonctionnement ne soit perturbé de manière inacceptable. Ceci pour des appareils qui sont en métal et/ou en plastique. Qu’en est-il pour l’homme? On comprend que les normes pour la population  envisagent  l’homme comme un superman qui peut mieux résister aux ondes électromagnétiques que des appareils électroniques.  Pourquoi?

Un peu d’histoire nous permet de comprendre comment ont été créées ces normes. La Commission Internationale pour la Protection contre les Rayonnements Non Ionisants (ICNIRP) a été créée par des scientifiques issus du domaine du nucléaire. Il s’agit d’une ONG (organisation non gouvernementale) qui est une association de droit allemand. Elle a proposé en 1988 un guide pour l’établissement de limites d’exposition aux champs électriques, magnétiques et électromagnétiques en se basant sur une lecture de la littérature scientifique publiée avant 1988. Ce guide n'est fondé que sur des effets immédiats sur la santé, tels que des chocs et brûlures provoqués par le contact avec des objets conducteurs ou encore l'élévation de la température des tissus sous l'effet de l’absorption d'énergie liée à l'exposition aux champs électromagnétiques. Les effets athermiques n’étaient pas reconnus comme nocifs. Depuis, de nouvelles technologies 3G, 4G, WiFi et Bluetooth, courant porteurs en ligne (CPL) se sont développées. Outre le fait que cette étude est ancienne eu égard au développement de nouvelles technologies, nous observons que ces scientifiques envisagent l’homme comme « un cadavre » c’est à dire un être dont le coeur et le cerveau ne fonctionnent pas. Les ondes électromagnétiques peuvent seulement réchauffer les tissus sans avoir d’impact sur le coeur, le cerveau et d’autres organes.

Homme électromagnétique

Mais nous sommes électromagnétiques. La preuve c’est l’électrocardiogramme. Ce n’est pas EDF qui produit cette activité électrique. C’est notre corps produit l’électricité naturelle biologique et en même temps il produit le champs magnétique qu’on peut mesurer  par magnéto-cardiographie. Notre cerveau c’est un émetteur d’ondes électromagnétiques, que les médecins enregistrent à l’aide de l’électroencéphalographie.La bande de fréquence de notre cerveau se situe entre 0,1  et plus de 40 Hz: c’est un véritable émetteur basse fréquence.

A l’aide de la magnéto-encéphalographie on mesure  les champs magnétiques produits par des réseaux de neurones du cerveau. Encore une confirmation que nous sommes électromagnétiques.

Or, nous sommes tous électro-sensibles. Le seuil de sensibilité aux ondes électromagnétiques environnantes est variable en fonction de notre « constitution », de notre morphologie, de notre terrain héréditaire. Ce seuil est en moyenne 2 fois plus faible chez les femmes que chez les hommes.

Le fonctionnement d’un être vivant peut être considéré globalement comme un ensemble de processus électriques en interaction avec des mécanismes biochimiques  et continuellement en interaction avec l’environnement extérieur. Notre corps émet des ondes électromagnétiques et en reçoit.

La situation actuelle concernant les rayonnements électromagnétiques non ionisants (basse fréquences, radiofréquences) rappelle la situation du début du siècle dernier lors de la découverte de la radioactivité (rayonnement électromagnétique ionisant). Marie Curie, deux fois prix Nobel, de physique et de chimie, a passé pendant ses recherches   de longues heures d'exposition à des substances radioactives. Elle a développé une leucémie dont elle est morte. Certains chercheurs portaient comme pendentif du sel radioactif dans un flacon autour de cou. Cela a été fatal pour certains.A cette époque, ils ne connaissaient pas le danger des produits radioactifs. Ils l’ont payé de leur santé et de leur vie.

Aujourd’hui, on porte le téléphone portable dans une poche à coté du coeur, les jeunes hommes le portent dans une poche de pantalon à coté de leur système de reproduction, les femmes enceintes gardent leur smartphone dans un sac à coté de leur ventre. Officiellement, « aucun problème » car les téléphones portables correspondent bien aux normes. Leur indice de débit d'absorption spécifique DAS (plus le DAS d'un appareil radioélectrique est faible, moins cet appareil est potentiellement dangereux pour la santé en ce qui concerne l’effet thermique) doit être de moins de 2 W/kg. Les mesures de DAS de téléphone portable sont effectuées sur la tête d’un mannequin dont le cerveau est représenté par un liquides spécial.  Est ce qu’il existe un liquide pouvant remplacer notre cerveau avec ses 100 milliards de neurones ? Les scientifiques nous prennent , là aussi pour «un cadavre ».

La notion de tolérance permet de comprendre que si l'intensité des nuisances environnementales, dont font partie les OEM (tout comme l’exposition aux produits chimiques), dépasse un certain seuil en durée et/ou en intensité, des symptômes subaigus ou aigus peuvent apparaitre (par dépassement du seuil de tolérance de l’organisme d’un individu donné). D’autre part, l’augmentation de la durée d’exposition et/ou du nombre de sources et du type d’OEM (en particulier l’augmentation du nombre d’appareils dits « communicants » et d’objets dits « connectés ») a pour conséquence logique d’augmenter le nombre d'individus présentant des symptômes d’intolérance aux OEM.

L’immersion dans ce « brouillard électromagnétique » ambiant moderne, de plus en plus dense (y compris pendant les phases de repos et de sommeil, sensées être réparatrices) provoque des ressentis d’agression quasi-permanents pour notre système nerveux autonome (SNA). Ces perceptions sensorielles inconscientes sont transmises au Système Nerveux Central (SNC).

Les symptômes en résultant ne sont pas spécifiques à un impact sur la Santé des OEM. Ce sont en effet des symptômes fréquemment rencontrés dans la population générale, pouvant s'apparenter à ceux d'autres syndromes ou pathologies et l’hypothèse de l’influence des OEM n’est même pas évoquée. L’évolution se fait alors vers la chronicité et suscite une incompréhension de l'entourage professionnel et familial, source d’isolement, aggravé par la non reconnaissance médicale.

Les premiers symptômes d’intolérance aux OEM résultent, au-delà d’une simple alerte, de la tentative d’adaptation de notre organisme. Cette sur-sollicitation de notre système sensoriel entraîne un stress du système neuro-hormonal qui a pour conséquence, à court, moyen ou long terme, l’apparition de désordres physiologiques, psychologiques et physiques (pouvant aboutir à l’épuisement de notre organisme lorsqu’il ne parvient pas ou plus à s’adapter pour résister).

Avis d’un expert international

 

Le Professeur Youry Grigoriev, docteur en médecine, président du Comité national russe sur la protection contre les rayonnements non ionisants, membre du Comité "EMF and Health" de l’Organisation mondiale de la santé (l’un des auteurs de cet article l’a rencontré plusieurs fois à Moscou) est un expert sur le rayonnement électromagnétique ionisant (plus de 60 ans d’expérience) et non ionisant (40 ans d’expérience). Il parle de

  • L’exposition involontaire, chronique, 24h sur 24h, de toute la population aux champs électromagnétiques complexes, modulés,  de large spectre, des stations de base de la téléphonie mobile;
  • L’augmentation continuelle du niveau des ondes électromagnétiques artificielles
  • L’effet biologique, en cours d’étude;
  • L’absence d’étude de cette pathologie, y compris pour les effets à long terme;
  • L’absence de lien direct entre une dose et sa réponse;
  • L’importance de la modulation;
  • Des normes actuelles qui ne protègent pas la population et sont basées davantage sur les besoins de l’ingénierie que sur des études biologiques;
  • L’absence de mesures décisives, de l’attente.
  • En conclusion, c’est la première fois dans l’histoire de civilisation que des enfants sont dans un groupe à risque à cause de l’impact permanent des ondes électromagnétiques sur leurs cerveaux.

 

 

 

Photo by Casey Orner/Unsplash
Photo by Scott Winterroth/Unsplash
Photo by Anders Jildén/Unsplash

Facteur géophysique et compteur communicant Linky. Quel impact sur notre santé ?

Dans chaque maison, dans chaque appartement, il y a déjà un équipement électrique et électronique : la Wifi, les téléphones sans fil DECT, les ordinateurs, les tablettes, les smatphones, les postes de TV, les jeux vidéo sans fil, les ampoules basse consommation fluocompactes. En plus, on peut avoir le facteur géophysique (vivre sur une faille). Aucune norme actuelle ne tient compte de cette multiplicité des signaux électromagnétiques.

Il existe encore un facteur naturel qui peut jouer un rôle important sur la santé des êtres vivants, c’est le facteur géophysique. Toute la Terre est couverte par un réseau tellurique représenté par des failles de différentes dimensions. Les plus grandes failles limitent les plaques tectoniques. Dans les failles, il y a des émissions d’ondes électromagnétiques naturelles pulsées. On peut ainsi constater, au niveau des failles, un dégagement de différents gaz (dont le gaz radon), une anomalie magnétique ou une anomalie gravitationnelle. Si une maison se trouve sur une faille, ce facteur  s’ajoute à l’impact des ondes électromagnétiques artificielles et ont des conséquences sur les habitants de la maison. 

L’installation de pylônes avec des antennes relais ou des mâts d’éoliennes, au croisement de failles où circule l’eau, crée de nouvelles nuisances qui se propagent le long des failles et  peuvent avoir un impact négatif sur la santé des êtres vivants habitant au dessus des failles. Les animaux réagissent très vite par leur comportement, ainsi l’installation d’un pylône avec des antennes relais à la distance d’un kilomètre au croisement des failles provoque un changement du comportement des vaches. Par exemple, des vaches ne veulent pas rentrer dans la salle de traite si celle-ci se trouve sur cette faille. Quelque temps après, on peut constater une augmentation du taux de leucocytes dans le lait, d’autres problèmes de santé chez les animaux, pouvant aller jusqu’à une mort inexplicable. Les cochons dans ces conditions deviennent agressifs, se battent entre eux et peuvent devenir cannibales. Des poules aussi peuvent aussi devenir agressives et cannibales et  pondre des oeufs avec une coquille molle ou même sans coquille.

L’arrivée de cette nouvelle technologie a suscité le réveil d’une partie de population envers les ondes électromagnétiques. Ce compteur est-il dangereux pour la santé ? Si on croit  les informations d’Enedis, il n’y que des avantages pour les consommateurs. Pour prouver son innocuité, Enedis compare ce compteur à d’autres appareils électriques domestiques, le champ électrique du fer à repasser est de 120 V/m alors que le champ électrique du compteur Linky n’est que de 0,1 V/m, soit 1200 fois moins que pour un fer à repasser. Mais il est impossible de comparer le fer à repasser avec le compteur communicant. Pourquoi?

Le compteur Linky est alimenté par le réseau 50 Hz, comme d’autre appareils domestiques. Mais il utilise aussi le courant porteur en ligne, le CPL, pour la communication avec le concentrateur qui peut être installé  dans un transformateur de quartier. Le concentrateur transmet les données à l’agence de supervision d’ENEDIS par  l’intermédiaire de mini « antennes relais », en utilisant le réseau de téléphonie mobile. ENEDIS dit que le concentrateur ne communique que quelques minutes par jour, mais cela ne correspond pas à la réalité. En effet, pour contrôler le réseau des compteurs Linky le concentrateur envoie régulièrement (cela peut être toutes les minutes) par CPL des signaux de 63,6 kHz et 74 kHz (protocole G1) qui passent dans les câbles électriques de chaque maison, de chaque appartement et passent dans les chambres à coucher. Les signaux sont très faibles, mais il peuvent perturber le fonctionnement normal du corps. Pourquoi?

Dans chaque maison, dans chaque appartement, il y a déjà un équipement électrique et électronique : la Wifi, les téléphones sans fil DECT, les ordinateurs, les tablettes, les smatphones, les postes de TV, les jeux vidéo sans fil, les ampoules basse consommation fluocompactes. En plus, on peut avoir le facteur géophysique (vivre sur une faille). Aucune norme actuelle ne tient compte de cette multiplicité des signaux électromagnétiques. L’expérience montre que les premières personnes qui commencent à avoir des problèmes après l’installation du compteur Linky, sont celles dont le seuil de tolérance de l’organisme aux ondes électromagnétiques est dépassé.

Tout cela concerne également les autres compteurs communicants - GAZPAR (pour le gaz), compteurs communicants pour l’eau.

Amélioration de l’environnement de l’habitat

 

Comment peut-on améliorer l’environnement électromagnétique d’un lieu d’habitation ?

Dans les cas compliqués il faut s’adresser au professionnels qui peuvent analyser  environnement extérieur et intérieur du lieu d’habitation et peuvent proposer des solutions.  Mais avant,  on peut faire  des gestes simples:

  • remplacer les téléphone sans fil DECT par les téléphones filaires
  • remplacer le radioréveil par un réveil à pile,
  • ne plus utiliser la Wifi mais un câble réseau pour brancher l’ordinateur à Internet,
  • abandonner le four à micro-onde (il utilise la fréquence 2,4 GHz pour réchauffer les aliments qui contiennent l’eau, les produits réchauffés sont dévitalisés),
  • remplacer les ampoules basse consommation fluocompactes par des ampoules halogènes ou à LED,
  • limiter le temps d’utilisation par les enfants des ordinateurs, des tablettes, des jeux vidéo,

Le téléphone portable, c’est comme un four à micro-ondes qui serait utilisé « porte ouverte » avec les émissions d’ondes électromagnétiques de large bande de fréquence. Selon le Professeur Youry Grigoriev, les problèmes de santé suivants sont susceptibles d’être rencontrés, dans un avenir proche, par les enfants qui utilisent des téléphones portables : perturbation de la mémoire, diminution de l’attention, diminution des capacités d’apprentissage et des capacités cognitives, irritabilité, troubles du sommeil, augmentation de la sensibilité au stress, accroissement de prédispositions épileptiques, perméabilité de la barrière hémato-encéphalique, changement cytologique dans les cellules nerveuses du cerveau, développement de tumeurs du cerveau et du nerf acoustique.

Pour avoir plus d’information vous pouvez consulter le site du Dr Pascale Miniou www.docteurpascaleminiou.com et le site de l’association Géophelicia - geophelicia.org/

Photo by Anthony Indraus/Unsplash
  • la médecine chinoise

    L'EFT c'est quoi ?

    En tant que technique de libération émotionnelle, EFT travaille sur les énergies subtiles qui circulent dans notre corps, vecteur de champs électriques et magnétiques. Ainsi nous sommes parcourus de micro courants.

  • L'acupression

    Les différentes techniques énergétiques

    Nous établissons ensemble les soins appropriés en fonction des besoins au moment présent. Important : Les soins énergétiques ne remplacent pas vos rendez-vous et suivis médicaux. Ces soins viennent en complément dans une approche collaborative avec la médecine traditionnelle (allopathique).

  • adolescente en état de stress

    Dérèglements travaillés

    Anxiétés, peurs, phobies, dépression, douleurs chroniques, croyances limitatives, (ex: nous sommes nés pour souffrir, et tant d’autres...) difficultés scolaires, adolescence, harcèlement...

  • Tarif et déroulement d'une séance

    70 euros la session de 1h30 à 2h. Stages de 1/2 journées par groupe de 2 à 5 personnes : 45€.